Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

L'homme sans passé... Thérèse Delpech - Livres / Foxoo
Local-events / Vos évènements relayés sur Twitter GUIDE   SUIVRE
Ma ville   Mes évènements   Annoncer un évènement
Source : #4900 Publié le 11/04/12 | Vues : 61

L'homme sans passé... Thérèse Delpech / Livres


L'homme sans passé est un essai écrit par Thérèse Delpech, édité en janvier 2012 aux éditions Grasset. La psychanalyse est un des sujets de L'Ensauvagement et de L'Appel de l'Ombre. C'est ici le sujet de L'Homme Sans Passé. La première originalité de cet essai est de se démarquer à la fois des détracteurs de Freud qui prétendent qu'il a imposé au reste du monde sa névrose personnelle, et de ses fidèles les plus zélés qui soutiennent que l'on peut trouver dans son oeuvre une explication universelle de l'histoire de la psyché.







La thèse défendue ici est que Freud a exprimé la tragédie d'une époque où le passé a subi de tels coups de boutoir politiques, familiaux et religieux qu'il a littéralement explosé. La perte de tous les repères de la tradition a pour première conséquence de livrer l'intériorité à d'innombrables labyrinthes intérieurs, que l'on peut percevoir dans les regards sombres des portraits romantiques, et dont l'analyse tente de trouver les fils d'Ariane. C'est un monde sans substrat, sans substance, où il faut faire face à d'effroyables démons intérieurs.


La deuxième originalité se trouve dans la structure du livre, où, entre chaque chapitre, on trouve une analyse d'une des oeuvres littéraires que Freud a aimées. Parmi elles, le grand roman du parricide, avec Les Frères Karamazov, où les quatre fils, tuent le père chacun à sa façon ; mais aussi La Peau de Chagrin ; La Gradiva, mais aussi Le Roi des Aulnes et L'Homme au Sable.

La troisième originalité est la reconstruction du roman familial autour d'un père défaillant (Jakob Freud), d'une mère inquiétante (Amalia) et d'un fils collectionneur (Sigmund Freud), qui commence sa collection d'antiquités grecques, romaines et égyptiennes juste après la mort de son père, en même temps que son auto-analyse. Il s'agit de divinités, qui constituent sur son bureau une sorte de rempart que ne remplit plus le père la tradition, et qui montre à quel point Freud avait besoin de reconstruire le passé. Il invitait ses nouvelles acquisitions à la table familiale, comme Don Juan la statue du Commandeur.




Acheter / Commander le livre... L'homme sans passe, Therese Delpech


Partager :
Facebook